annonces des WE des 25 février et 5 mars 2017

                            

                                                          

Ce lundi 27 février, 14:30

 

Mes amis,

 

Malgré tous les traitements, le médecin des Soins Intensifs, nous dit que la situation de Joseph continue de se dégrader.

 

Que le Seigneur l'accompagne dans ces moments difficiles !

 

     Pierre +, votre curé


 

Ce dimanche 26 février, 20:00

 

L'état de santé de notre ami Joseph s'est brusquement détérioré aujourd'hui.

 

Cet après-midi, Joseph a dû être ré-intubé et placé dans un coma artificiel, afin qu'il ne souffre pas.

 

Son état est très préoccupant !

 

 

Ce soir, Nosseigneurs Jousten et Delville, Mère Madeleine, abbesse des Bénédictines de Liège et moi-même, avons prié auprès de lui en votre nom à tous.

 

 

D'un seul cœur, prions le Seigneur de lui accorder ce qu'il y a de mieux pour lui ...

 

Pierre +, votre curé

 


 

Samedi 25 et Dimanche 26 février 2017

Samedi 4 et Dimanche 5 mars 2017

 

 «  Lignes de Vie »

Nous portons dans la prière notre défunt et sa famille :

  • Charles HENTSCHEL, veuf de Georgette FONTAINE, décédé à l’âge de 83 ans. Ses funérailles ont été célébrées à La Brouck.

 

Horaire des Eucharisties

Samedi 25 : 17.00 : La Brouck - 18.00 : Mehagne

Dimanche 26 : 09.30 : Embourg –  Fraipont  / 10.00 : Ninane / 11.00 : Prayon / 11.15 : Embourg

 

Mardi 28 février : 9h Embourg   -   Vendredi 3 mars : 9h Fraipont

 

Samedi 4 mars : 18.00 : Mehagne – Forêt

Dimanche 5 : 09.30 : Embourg – Nessonvaux  / 10.00 : Beaufays / 11.00 : Prayon – Vaux  / 11.15 : Embourg

 

Samedi 11 : 18.00 : Mehagne

Dimanche12 : 09.30 : Embourg –  Fraipont  / 10.00 : Ninane / 11.00 : Prayon / 11.15 : Embourg

 

     Des nouvelles de l’abbé Joseph Cassart

« Mes petits pas avec mes petits pieds dans mes petits souliers »  …  On pourrait résumer ainsi l’état de santé de Joseph cette semaine.  Il est toujours aux soins intensifs, sous oxygène, sous antibiotiques et d’une immense faiblesse … Mais, en même temps, chaque jour, je constate de tout petits progrès … Ça n’a l’air de rien, mais, depuis quelques jours, ça évolue enfin, lentement, mais dans le bon sens …  Joseph a reçu beaucoup de marques de sympathie par mon intermédiaire, par des mails, par des cartes ou des lettres …  Il me demande de vous dire à chacun son très chaleureux merci.  Puisque les choses évoluent lentement, mais sûrement – et même si je continue à visiter Joseph tous les jours, je ne mettrai plus nécessairement de mots tous les jours sur notre site.  Je vous préviendrai lorsqu’il sera en chambre et pourra recevoir des visites.

Pierre +, votre curé

 

À l’agenda de l’Unité Pastorale

  • Mercredi 1er mars à 18.00, en l’église de Vaux : célébration de la Réconciliation pour les GR5, suivie de l’eucharistie des Cendres avec toute l’Unité Pastorale à 20.00.
  • Lundi 6 mars à 20.00, au presbytère de Vaux : Équipe-Relais de Vaux-Chaudfontaine
  • Mardi 7 mars à 20.00, chez Pierre : Équipe-Relais de Beaufays-Ninane
  • Mercredi 8 mars à 20.00, au Carmel : soirée « Découvrons le cœur de Dieu » (voir plus bas)
  • Jeudi 9 mars à 20.00, chez Pierre : préparation de la messe des familles du 19 mars
  • Samedi 11 et dimanche 12 mars : Retraite du GR5 au Sartay

Mercredi 1er mars à 20.00
en l’église de Vaux :

Eucharistie des Cendres

suivie du service d’un bol de soupe

 

Le carême est comme une course de fond …

Aussi, ne ratons pas le départ !

 

 

Vos pièces rouges ? Bravo !!! On a passé le cap des 900 € …

En route vers les 1.000 €

Vous pouvez toujours vous en débarrasser en les apportant au presbytère d’Embourg (8, rue du Curé Bosch) ou les remettre à un prêtre de notre Unité Pastorale. Le montant récolté permettra d'aider le projet "Inde" du Sartay.   À ce jour, nous en sommes à 938 €.  Il est bon de rappeler que cet argent ne sert en aucun cas à payer le voyage des élèves.  Il est intégralement donné en Inde lors du séjour !!!

 

Musique des cadets de Marine au profit de l’ASBL « Dans les yeux de Miguel »

Le dimanche 12 mars à 14h30 en l’église Notre-Dame de Vaux-sous-Chèvremont.

En prévente : 14€ - Sur place : 17€.

 Miguel a 8 ans et est affecté par une maladie orpheline qui détruit sa vue, son audition et ses reins. Il est rempli de courage mais son état ne s'améliore pas. Après cinq années de recherches infructueuses, ses parents orientent leur espoir vers le Québec. Ils ont vraiment besoin de votre soutien afin de partager leur combat. Les Cadets de Marine vous disent « Merci pour Miguel ! »

 Infos et réservations : 04/367.19.45.

 

4 futures naissances chez des réfugiés …

Pour les aider, la Saint-Vincent de Paul de Vaux se mobilise …  Elle recherche : berceaux, petits lits, maxi cosy, layette, langes premier âge …  Par ailleurs, cinq autres naissances sont annoncées chez d’autres bénéficiaires de la Saint-Vincent de Paul pour le printemps. Rien ne sera donc superflu !  On peut contacter Sabine Janssen au 0476/98.15.62. 

 

Notre Carême à Notre-Dame des Sources

« Si tu veux rencontrer Dieu … »

Mercredi 8 mars à 20.00, au carmel de Mehagne :

Soirée « Dé-couvrons le cœur de Dieu »

« Qui est notre Dieu ? »

Topo, partage, complies, verre de l’amitié. 

 


 

Les jeudis de Carême 9, 16, 23, 30 mars et 6 avril,
en souvenir du Jeudi Saint,
nous prions avec Jésus pour l'unité et la paix!

Adoration continue dans la chapelle du Carmel
de 07.00 à 19.30.

Possibilité de s'engager à offrir 30 min ou 1h d'adoration.

Engagement pour un créneau horaire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
ou sur le tableau à l'entrée de la chapelle.

 


 

Mardi 7 mars de 09.30 à 15.00, au Carmel :

Mardi de désert « Si tu savais le don de Dieu »

La guérison intérieure avec Sœur Ania.

 


 

Dimanche 19 mars à 11.15, en l’église d’Embourg :

Messe des Familles

Bienvenue à toutes les familles de notre Unité Pastorale.

 


 

Mercredi 22 mars à 20.00, en l’église de Mehagne :

Veillée autour de la tapisserie de Carême
d’Entraide et Fraternité.

« Bien vivre ou (s’)épuiser ? »

 


 

Du mardi 28 mars au mardi 4 avril :

Pèlerinage d’Unité Pastorale

« Sur les pas de Claire et de François d’Assise »

 


 

Samedi 8 avril à 19.00, au Calimont :

Souper de solidarité « SOS – Boma – Inondations »

20 € pour les adultes, 8 € pour les enfants.

Réservation pour le 1er avril au plus tard :

  • Jacqueline CÉLIS : 04/367.19.45 – 0498/56.34.73
  • Louis BROUWERS : 04/366.34.41 – 0485/49.25.98
  • Urbain MATIMPI YONGO : 0472/95.60.77

 

Des nouvelles de notre ami, l'abbé Joseph Cassart ... 

Ce mardi 21 février 2017

L’état de Joseph continue de s’améliorer un petit pas à la fois.  … Mais ça progresse.

Pierre +, votre curé

Ce lundi 20 février à 20.00

Tout d'abord ... désolé ... mais il ne m'a pas été possible de vous donner des nouvelles après ma visite d'hier soir à Joseph.

Ce soir, il m'a dit que le médecin lui avait dit qu'il était passé de bactérie à champignon aux poumons ... et donc, nouvel antibiotique et séjour encore prolongé aux soins intensifs.

Il est toujours très faible mais m'est apparu en nettement "meilleure" forme que les derniers jours.  Quand je suis arrivé, il mangeait une tartine de charcuterie ... avec du sirop de Liège !!!  Il a terminé par un peu de raisin.

Pierre +, votre curé

Ce samedi 18 février à 20.00

Rien de bien neuf ce soir, ni en mal, ni ... malheureusement ... en bien.

C'est l'occasion pour moi de vous dire que je reçois tous les jours des quantités de messages à l'attention de Joseph. 

Vous comprenez que, vu son état, je me limite à lui dire que beaucoup pensent et/ou prient pour lui.  Il me semble que son intérêt passe avant tout, vu sa faiblesse extrême ... vous aurez tout le temps, lors de sa longue convalescence de lui exprimer, avec vos mots,  votre sympathie et/ou votre prière.

Joseph m'a dit - stupéfait - que des paroissiens "bravaient sans la braver" sa demande de ne pas avoir de visite en entrant dans la salle des soins intensifs en le saluant "juste de loin".  Mon Dieu, qu'il était triste en m'en faisant part.  En tant que curé, je vous redemande, avec insistance, de respecter les souhaits de Joseph !!! 

Pierre +, votre curé 

Ce vendredi 17 février à 20.00 

"On nous change tout, mon bon Monsieur, même la religion"  Voilà comment Joseph m'a accueilli ce soir ... 

En effet, le matin, sa famille me prévient qu'on doit le réintuber.  J'arrive à midi et rien.  Je sors de nouveau de la clinique ce soir et toujours pas d'intubation.  Joseph ne sait pas s'il y a du retard ou si elle est supprimée ou postposée ... mais il ne peut toujours ni manger ni boire. 

Il est très fébrile et a passé une mauvaise nuit, suite à une réaction à un médicament.

Pierre +, votre curé


  

Samedi 18 et Dimanche 19 février 2017

« Aimez vos ennemis,
et priez pour ceux qui vous persécutent. »
 

Horaire des Eucharisties

  • Ce week-end, à la sortie des messes : collecte pour les œuvres de solidarité de l’Unité Pastorale.
  • Dimanche 19, commémoration des défunts du mois d’août lors des eucharisties de 10h à Beaufays, de 11h à Prayon et à Vaux et de 11h15 à Embourg. 

Messe des Familles

Ce dimanche 19 février à 11.15 en l’église d’Embourg.

Bienvenue à tous !

Les enfants sont invités à apporter
une photo d’eux, ainsi que de leurs amis !

 

Mardi 21 : 9h Embourg   -   Mercredi 22 : 9h Prayon   -   Vendredi 24 : 9h Fraipont

Samedi 25 : 17.00 : La Brouck - 18.00 : Mehagne

Dimanche 26 : 09.30 : Embourg –  Fraipont  / 10.00 : Ninane / 11.00 : Prayon / 11.15 : Embourg

Samedi 4 mars : 18.00 : Mehagne - Forêt

Dimanche 5 : 09.30 : Embourg – Nessonvaux  / 10.00 : Beaufays / 11.00 : Prayon – Vaux  / 11.15 : Embourg

 

Des nouvelles de l’abbé Joseph Cassart

Après une semaine de hauts et de bas, l’état de notre ami Joseph s’est de nouveau dégradé.  Il fait une broncho-pneumonie et a dû être à nouveau placé sous respirateur ce vendredi.  La fibrillation est toujours présente et sa tension trop élevée.  Plus que jamais, nous le portons dans notre prière.  Que Notre-Dame de Banneux, dont il est si proche, l’accompagne dans ces moments bien difficiles.

À l’agenda de l’Unité Pastorale

  • Mardi à 20.00, en l’église de Vaux : répétition de toutes les chorales en vue du Mercredi des Cendres 

Notez déjà …

Mercredi 1er mars à 20.00

en l’église de Vaux :

Eucharistie des Cendres

suivie d’un service d'un bol de soupe.

 

Le carême est comme une course de fond …

Aussi, ne ratons pas le départ ! 

Pèlerinage à Assise

 « Loué sois-tu, mon Seigneur ! »

Il reste 3 places !!!

Quand ? du 28 mars au 4 avril 2017.

Au programme : Assise, les Carceri, Greccio, le lac Trasimène, Gubbio, Foligno, les ermitages de la région de Rieti, l’Alverne …

Prix : aux alentours de 900 € par personne en chambre double, 1050 € en chambre single.  Comprenant : trajet en car d’Embourg à Charleroi A/R, trajet en avion de Charleroi à Pérouse A/R, autocar durant tout le séjour, demi-pension à l’hôtel Holiday Inn de Foligno, visites.

Inscriptions : uniquement par téléphone au secrétariat d’Embourg   (04 365.02.38)  

  

Nos pièces rouges ? Bravo !!! On a passé le cap des 900 € …

En route vers les 1.000 €

Vous pouvez toujours vous en débarrasser en les apportant au presbytère d’Embourg  (8, rue du Curé Bosch) ou les remettre à un prêtre de notre Unité Pastorale. Le montant récolté permettra d'aider le projet "Inde" du Sartay.   À ce jour, nous en sommes à 938 €.  Il est bon de rappeler que cet argent ne sert en aucun cas à payer le voyage des élèves.  Il est intégralement donné en Inde lors du séjour !!!

Musique des cadets de Marine au profit de l’ASBL « Dans les yeux de Miguel »

Le dimanche 12 mars à 14h30 en l’église Notre-Dame de Vaux-sous-Chèvremont.

En prévente : 14€ - Sur place : 17€.

Miguel a 8 ans et est affecté par une maladie orpheline qui détruit sa vue, son audition et ses reins. Il est rempli de courage mais son état ne s'améliore pas. Après cinq années de recherches infructueuses, ses parents orientent leur espoir vers le Québec. Ils ont vraiment besoin de votre soutien afin de partager leur combat. Les Cadets de Marine vous disent « Merci pour Miguel ! »

 Infos et réservations : 04 367 19 45.

 

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
POUR LE CARÊME 2017

La Parole est un don. L’autre est un don

Chers Frères et Sœurs,

 

Le Carême est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort. Et ce temps nous adresse toujours un appel pressant à la conversion : le chrétien est appelé à revenir à Dieu « de tout son cœur » pour ne pas se contenter d’une vie médiocre, mais grandir dans l’amitié avec le Seigneur. Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais, car même lorsque nous péchons, il attend patiemment notre retour à Lui et, par cette attente, il manifeste sa volonté de pardon.

Le Carême est le moment favorable pour intensifier la vie de l’esprit grâce aux moyens sacrés que l’Église nous offre: le jeûne, la prière et l’aumône. À la base de tout il y a la Parole de Dieu, que nous sommes invités à écouter et à méditer avec davantage d’assiduité en cette période. Je voudrais ici m’arrêter en particulier sur la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare (cf. Lc 16,19-31). Laissons-nous inspirer par ce récit si important qui, en nous exhortant à une conversion sincère, nous offre la clé pour comprendre comment agir afin d’atteindre le vrai bonheur et la vie éternelle.

La parabole commence avec la présentation des deux personnages principaux ; cependant le pauvre y est décrit de façon plus détaillée : il se trouve dans une situation désespérée et n’a pas la force de se relever, il gît devant la porte du riche et mange les miettes qui tombent de sa table, son corps est couvert de plaies que les chiens viennent lécher. C’est donc un tableau sombre, et l’homme est avili et humilié.

La scène apparaît encore plus dramatique si l’on considère que le pauvre s’appelle Lazare : un nom chargé de promesses, qui signifie littéralement « Dieu vient en aide ». Ainsi ce personnage ne reste pas anonyme mais il possède des traits bien précis ; il se présente comme un individu avec son histoire personnelle. Bien qu’il soit comme invisible aux yeux du riche, il nous apparaît connu et presque familier, il devient un visage; et, comme tel, un don, une richesse inestimable, un être voulu, aimé, dont Dieu se souvient, même si sa condition concrète est celle d’un déchet humain.

Lazare nous apprend que l’autre est un don. La relation juste envers les personnes consiste à reconnaître avec gratitude leur valeur. Ainsi le pauvre devant la porte du riche ne représente pas un obstacle gênant mais un appel à nous convertir et à changer de vie. La première invitation que nous adresse cette parabole est celle d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre car toute personne est un don, autant notre voisin que le pauvre que nous ne connaissons pas. Le Carême est un temps propice pour ouvrir la porte à ceux qui sont dans le besoin et reconnaître en eux le visage du Christ. Chacun de nous en croise sur son propre chemin. Toute vie qui vient à notre rencontre est un don et mérite accueil, respect, amour. La Parole de Dieu nous aide à ouvrir les yeux pour accueillir la vie et l’aimer, surtout lorsqu’elle est faible. Mais pour pouvoir le faire il est nécessaire de prendre au sérieux également ce que nous révèle l’Évangile au sujet de l’homme riche.

 

La parabole met cruellement en évidence les contradictions où se trouve le riche. Ce personnage, contrairement au pauvre Lazare, ne possède pas de nom, il est seulement qualifié de “riche”. Son opulence se manifeste dans son habillement qui est exagérément luxueux. La pourpre en effet était très précieuse, plus que l’argent ou l’or, c’est pourquoi elle était réservée aux divinités et aux rois. La toile de lin fin contribuait à donner à l’allure un caractère quasi sacré. Bref la richesse de cet homme est excessive d’autant plus qu’elle est exhibée tous les jours, de façon habituelle: « Il faisait chaque jour brillante chère ». On aperçoit en lui, de manière dramatique, la corruption du péché qui se manifeste en trois moments successifs: l’amour de l’argent, la vanité et l’orgueil.

  Selon l’apôtre Paul, « la racine de tous les maux c’est l’amour de l’argent ». Il est la cause principale de la corruption et la source de jalousies, litiges et soupçons. L’argent peut réussir à nous dominer et devenir ainsi une idole tyrannique. Au lieu d’être un instrument à notre service pour réaliser le bien et exercer la solidarité envers les autres, l’argent peut nous rendre esclaves, ainsi que le monde entier, d’une logique égoïste qui ne laisse aucune place à l’amour et fait obstacle à la paix.

La parabole nous montre ensuite que la cupidité rend le riche vaniteux. Sa personnalité se réalise dans les apparences, dans le fait de montrer aux autres ce que lui peut se permettre. Mais l’apparence masque le vide intérieur. Sa vie reste prisonnière de l’extériorité, de la dimension la plus superficielle et éphémère de l’existence.

Le niveau le plus bas de cette déchéance morale est l’orgueil. L’homme riche s’habille comme un roi, il singe l’allure d’un dieu, oubliant d’être simplement un mortel. Pour l’homme corrompu par l’amour des richesses, il n’existe que le propre moi et c’est la raison pour laquelle les personnes qui l’entourent ne sont pas l’objet de son regard. Le fruit de l’attachement à l’argent est donc une sorte de cécité : le riche ne voit pas le pauvre qui est affamé, couvert de plaies et prostré dans son humiliation.

En regardant ce personnage, on comprend pourquoi l’Évangile est aussi ferme dans sa condamnation de l’amour de l’argent : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent ».

L’évangile du riche et du pauvre Lazare nous aide à bien nous préparer à Pâques qui s’approche. La liturgie du Mercredi des Cendres nous invite à vivre une expérience semblable à celle que fait le riche d’une façon extrêmement dramatique. Le prêtre, en imposant les cendres sur la tête, répète ces paroles : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière ». Le riche et le pauvre, en effet, meurent tous les deux et la partie la plus longue du récit de la parabole se passe dans l’au-delà. Les deux personnages découvrent subitement que « nous n’avons rien apporté dans ce monde, et nous n’en pourrons rien emporter ».  Notre regard aussi se tourne vers l’au-delà, où le riche dialogue avec Abraham qu’il appelle « Père » montrant qu’il fait partie du peuple de Dieu. Ce détail rend sa vie encore plus contradictoire car, jusqu’à présent, rien n’avait été dit sur sa relation à Dieu. En effet dans sa vie, il n’y avait pas de place pour Dieu, puisqu’il était lui-même son propre dieu.

 

Ce n’est que dans les tourments de l’au-delà que le riche reconnaît Lazare et il voudrait bien que le pauvre allège ses souffrances avec un peu d’eau. Les gestes demandés à Lazare sont semblables à ceux que le riche aurait pu accomplir et qu’il n’a jamais réalisés. Abraham néanmoins lui explique que « tu as reçu tes biens pendant ta vie et Lazare pareillement ses maux; maintenant ici il est consolé et toi tu es tourmenté ». L’au-delà rétablit une certaine équité et les maux de la vie sont compensés par le bien.

La parabole acquiert une dimension plus large et délivre ainsi un message pour tous les chrétiens. En effet le riche, qui a des frères encore en vie, demande à Abraham d’envoyer Lazare les avertir ; mais Abraham répond : « ils ont Moïse et les Prophètes ; qu’ils les écoutent ». Et devant l’objection formulée par le riche, il ajoute : « Du moment qu’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts, ils ne seront pas convaincus ».

 

Ainsi se manifeste le vrai problème du riche : la racine de ses maux réside dans le fait de ne pas écouter la Parole de Dieu ; ceci l’a amené à ne plus aimer Dieu et donc à mépriser le prochain. La Parole de Dieu est une force vivante, capable de susciter la conversion dans le cœur des hommes et d’orienter à nouveau la personne vers Dieu. Fermer son cœur au don de Dieu qui nous parle a pour conséquence la fermeture de notre cœur au don du frère.

 

Chers frères et sœurs, le Carême est un temps favorable pour nous renouveler dans la rencontre avec le Christ vivant dans sa Parole, dans ses Sacrements et dans le prochain. Le Seigneur qui – au cours des quarante jours passés dans le désert a vaincu les pièges du Tentateur – nous montre le chemin à suivre. Que l’Esprit Saint nous aide à accomplir un vrai chemin de conversion pour redécouvrir le don de la Parole de Dieu, être purifiés du péché qui nous aveugle et servir le Christ présent dans nos frères dans le besoin. J’encourage tous les fidèles à manifester ce renouvellement spirituel en participant également aux campagnes de Carême promues par de nombreux organismes ecclésiaux visant à faire grandir la culture de la rencontre au sein de l’unique famille humaine. Prions les uns pour les autres afin que participant à la victoire du Christ nous sachions ouvrir nos portes aux faibles et aux pauvres. Ainsi nous pourrons vivre et témoigner en plénitude de la joie pascale.

 

Du Vatican, le 18 octobre 2016,  Fête de saint Luc, évangéliste.

 


 

Des nouvelles de notre ami, l'abbé Joseph Cassart ...

 

Ce jeudi 16 février à 20.00

Ce soir, Joseph n'est pas bien ...  La fibrillation est toujours présente tout comme la bactérie au poumon.  La radio du poumon n'est pas géniale : aussi a-t-on augmenté le débit de l'oxygène, ce qui le perturbe. 

Il est extrêmement faible et "souffle" beaucoup ...

Continuons bien à prier pour lui.

Pierre +, votre curé

Ce mercredi 15 à 20.00

Ce soir, Joseph n'est pas "au top" ...

La fibrillation auriculaire a repris et on lui a découvert une bactérie aux poumons.  Il est donc sous anti-coagulant et sous antibiotiques.  Il est à "l'isolement", c'est-à-dire que nous devons mettre gants, masque etc ...

Il est très très vite essoufflé.

Continuons à bien le porter dans la prière.

Pierre +, votre curé

Ce mardi 14 février à 20.00

Ce soir, Joseph m'est apparu plus fatigué; il a passé une mauvaise nuit dûe à un patient "mouvementé" près de lui.  Je lui apporterai des boules Quies demain. 

Il est toujours sous oxygène et relié à toutes sortes de machines ...  Il m'a demandé de lui apporter "une banane, deux pommes et deux, trois oranges" (sic !).  Quand l'envie de manger revient, c'est bon signe !!!

D'ici "quelques" jours, Joseph pourrait revenir en chambre et dès qu'il m'y autorise, je vous donnerai le Feu vert pour les visites.  N'oublions pas que sa convalescence sera très longue et qu'il est préférable que tout le monde n'aille pas lui rendre visite les premiers jours ...

Pierre +, votre curé

Ce lundi 13 février à 20.00

Je rentre de Montegnée. 

La situation clinique de Joseph est sensiblement la même. 

S'il n'est plus sous respirateur, il est toujours sous oxygène. 

Il a pu manger pour la première fois.

Il fait encore de nombreuses et élevées hausses de tensions et est extrêmement faible. 

Très heureux de toutes vos marques de sympathie et de toutes vos prières dont je lui fait écho, il m'a demandé de vous redire qu'il préfère ne pas avoir de visite pour l'instant, hormis sa grande famille et son curé qui fait le lien avec toute l'Unité Pastorale.

Pierre +, votre curé

Ce dimanche 12 février à 19.45

Bonne nouvelle, Joseph n’est plus intubé depuis 16.00.

J’ai pu parler avec lui, il est extrêmement fatigué et il est, selon ses dires, « couci-couça ».

Il vous remercie pour toutes les prières et les marques d’attention, mais demande vraiment qu’on ne vienne pas le voir étant donné son état de fatigue et sa faiblesse.

Je retourne le voir lundi soir. Vous aurez donc des nouvelles demain soir.

Bonne fin de dimanche.

 

Ce samedi 11 février à 20.45

Je rentre de la clinique.  Joseph était bien réveillé, mais très faible et encore - évidemment - sous respirateur.  Un de ses neveux et une de ses nièces étaient là également.

Joseph participait bien à la "conversation" par des petits signes de tête ou par le regard.

Au bout de quelques minutes, nous l'avons senti très fatigué et nous nous sommes retirés, après lui avoir mis son chapelet entre les mains (ce qui lui a fait vraiment plaisir).

Vous comprenez que, pour l'instant, il vaut mieux ne pas lui rendre visite ...  Mais, dès que ce sera possible pour lui, je vous le dirai.

J'irai le voir demain soir et donc, dès lundi, vous trouverez des infos sur le site.

Nous continuons à le porter dans la prière.

 

Mardi dernier, Joseph quittait la clinique Saint-Joseph pour une longue convalescence au Centre des Mutualités Chrétiennes à Nivezé.

Voilà qu'hier, Joseph a été de nouveau hospitalisé à la clinique Saint-Joseph.  Il m'a prévenu en me disant qu'il crachait du sang.

Ce matin, c'est le médecin des soins intensifs de la clinique de l'Espérance de Montegnée qui m'a contacté pour me dire que Joseph avait été admis dans son service, étant donné une subite dégradation de son état.

Il est sous respirateur et a été réveillé en fin de matinée.

Je suis allé le visiter et lui ai donné le Sacrement des malades en l'assurant de votre amitié et de votre prière.  Son état est jugé sérieux.

J'y retourne ce soir et vous donnerai des nouvelles.

Comme souvent, dans ce cas, des bruits de toutes sortes circulent ...  C'est sur ce site que vous trouverez les "vraies" informations.  Chaque fois que j'aurai des nouvelles, elles seront placées sur ce site.  N'hésitez pas à les transmettre à ceux qui ne possèdent pas Internet.

Merci de votre prière pour ce fidèle serviteur du Seigneur.

Ce samedi 11 févr. à 17.30

Pierre +, votre curé 

Dernières homélies

  • 4ième conférence de carême

    QUATRIÈME CONFÉRENCE DE CARÊME

    « UN HOMME LIBRE »

     

    « Jésus dit : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (…) Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (Jean 5, 19-23.30)

     

    Dans notre existence humaine, nous opposons volontiers la liberté et le fait de suivre un autre. Il semble qu’il y ait une alternative : ou bien je fais ce que je veux, et alors je suis libre, ou bien j’obéis passivement à une personne ou à une réalité extérieure. Si je suis libre, je suis forcément maître de moi-même.  Le monde actuel pousse, on ne peut plus à l’indépendance.  J’entends souvent dire : « moi, je ne dois rien à personne ».  Cela engendre aussi souvent un climat d’isolement et de repli sur soi.  Quand je n’ai pas de foreuse, je dois en demander une à mon voisin – qui est supérieur à moi, puisqu’il en possède une -  mais, paradoxalement, cela me permet de créer des liens de convivialité, d’amitié, de fraternité avec mon voisin qui entraîne une relation d’amitié.

    À force de ne vouloir dépendre de personne pour rien, nous créons un monde où chacun risque – et c’est souvent plus qu’un risque – de devenir immensément seul !  Alors que c’est le contraire, va nous dire la Parole de Dieu

     

    Lire la suite...  
  • 4ième dimanche de carême - A -

    « Sors de la nuit ! »  Voilà donc l’appel qui nous est lancé ce dimanche.  Et cet appel est conjugué avec « Réjouis-toi » en ce dimanche de la Laetare.  Autrement dit : « Réjouis-toi de sortir de la nuit ».  La couleur rose de cette fête nous rappelle que la lumière du matin de Pâques est déjà toute proche ; que la nuit n’est déjà plus totalement la nuit ; que la puissance du Ressuscité commence déjà à agir en nous.

     

    Et tout d’abord, avec le petit David.  Il est le dernier des fils de Jessé, il n’est rien, puisqu’on l’envoie même garder les troupeaux, alors que l’ai autres enfants sont à la maison.  Il est dans la nuit, et peut-être n’en sait-il rien …  Et voilà que le Seigneur lui-même vient à sa rencontre à travers le prophète Samuel.  C’est Samuel qui va le faire sortir de la nuit pour en faire le plus grand Roi d’Israël, grâce à l’Esprit de Dieu qui s’est emparé de lui, dès ce jour-là.

     

    Vous le savez bien, Jésus est « Fils de David ».  David en est donc l’image.  Et, de fait, c’est la même chose.  Jésus aussi, va naître au plein cœur de la nuit, à Bethléem ; il va naître dans la nuit aussi, parce qu’il vient, petit et pauvre, dans une crèche à l’écart, en n’ayant comme compagnons, qu’un âne, un bœuf et quelques bergers.  Il vivra dans la nuit à Nazareth.  Il lui faudra aussi que Dieu son Père le sorte de la nuit : à son baptême, il le met dans la lumière en lui disant : « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi, je mets tout mon amour ».  Et cela ne s’arrête pas là.  Car, Jésus vivra aussi la nuit de la mort le Vendredi-Saint, il connaîtra l’obscurité du tombeau … et là aussi, c’est son Père qui, roulant la pierre, le rendra à la lumière, le ressuscitera.  Le psaume nous l’a dit : « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal ».

     

     

    Lire la suite...