annonces du WE du 22 et 23 avril 2017

                            

  

 

 

 

 

 

Samedi 22 et Dimanche 23 avril 2017

 

                                       

 

« La paix soit avec vous ! »

 

 

 

 

 

«  Lignes de Vie »

 

 

 

Nous portons dans la prière nos défunts et leurs familles :

 

  • Thierry LÉONARD, veuf de Myriam LEGRAND, décédé à l’âge de 63 ans.
    Ses funérailles ont été célébrées à Embourg.
  • Laetitia CARRIÈRE, décédée à l’âge de 21 ans.
    Ses funérailles ont été célébrées à Embourg.
  • Charles Le DOCTE, veuf de Francine GAUTHIER, décédé à l’âge de 92 ans.
    Ses funérailles ont été célébrées à Beaufays.
  • Alain DYKMANS, époux de Frédérique GILLOT, décédée à l’âge de 70 ans.
    Ses funérailles seront célébrées à Beaufays, mardi à 13.30.

 

Ce samedi à Vaux, ont été célébrés les baptêmes de Nicolas HALUT et Lucas BERGHE 

 

 

 

Horaire des Eucharisties

 

Mardi 25 : 9h Embourg   -   Mercredi 26 : 9h Prayon    -    Vendredi 28 : 9h Fraipont

 

 

 

Samedi 29 avril : 18.00 : Forêt - Mehagne

 

Dimanche 30 : 09.30 : Embourg – Nessonvaux  / 10.00 : Beaufays / 11.00 : Vaux - Prayon / 11.30 : Embourg

 

 

 

Samedi 6 mai : 18.00 : Forêt - Mehagne

 

Dimanche 7 : 09.30 : Embourg – Nessonvaux / 10.00 : Beaufays / 11.00 : Vaux / 11.15 : Prayon - Embourg

 

 

 

À l’agenda de l’Unité Pastorale

 

  • Lundi 24, à 20.00, au presbytère de Vaux : Équipe-Relais de Vaux-Chaudfontaine.
  • Mardi 25, à 20.30, au Carmel de Mehagne, Communauté du Chemin Neuf, rencontre Net for God: COLOMBIE

    Après plus de 50 ans de guerre civile et 8 millions de victimes, les Colombiens se sont engagés  résolument dans la voie de la paix. L’accord conclu entre les FARC et le gouvernement, le prix Nobel de la Paix 2016 décerné au Président colombien Juan Manuel Santos et de nombreuses actions concrètes sur le terrain sont des signes que le printemps de l'espérance commence à fleurir dans ce pays. Nous avons rencontré des acteurs du conflit armé, anciens membres de la guérilla ou des milices paramilitaires, des victimes de la guerre civile, des pasteurs et prêtres ainsi que des jeunes engagés pour la paix et la réconciliation. Leurs témoignages sont un appel au monde, en particulier aux pays déchirés par la guerre, à croire que la paix est possible, à retrouver notre humanité commune.

  • Mercredi 26, à 19.30, en l’église de Mehagne : 2ème soirée de préparation pour les parents qui demandent le baptême de leur petit enfant.
  • Mercredi 26 à 20.00, chez Jacques Godefroid : Équipe-Relais de Trooz.
  • Vendredi 28, à 20.00, chez Pierre : 1ère soirée pour les fiancés qui se préparent au mariage.

 

 

 

 

 

Horaire des messes pour les mois de juin, juillet, août & septembre.

 

La messe d’Embourg à 11.15 sera célébrée toutes les semaines, étant donné qu’à elle seule, cette messe rassemble presque autant de pratiquants que tout le reste de l’UP …

 

La messe d’Embourg de 09.30 sera célébrée les 2ème et 4ème dimanches du mois.

 

À Prayon, elle sera célébrée les 1er et 3ème dimanches du mois.

 

À Mehagne, elle sera célébrée les 1er et 3ème  samedis du mois.

 

Le reste est inchangé, moyennant les fêtes patronales, les messes en plein air … etc …

 

 

 

Un concert pour le projet Inde du Sartay

 

Vendredi 5 mai, à 20.00, en l’église de Ninane, Concert par la « Chawresse » de Beaufays et le « Melting Potes » de Mehagne.

 

Infos et Réservations au 0495/81.54.86 ou 04/338.05.74 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

7 € en prévente, gratuit pour les moins de 12 ans - 8 € enfants – 10 € adultes

 

 

 

Un « nouveau » Notre Père

 

Dès le week-end de la Pentecôte, la nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur dans toutes les paroisses francophones de Belgique, de Suisse et du Canada.  La voici donc :

 

 

 

Notre Père qui es aux cieux,

 

Que ton Nom soit sanctifié,

 

Que ton règne vienne,

 

Que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel.

 

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

 

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi,

 

à ceux qui nous ont offensés,

 

Et ne nous laisse pas entrer en tentation,

 

Mais délivre-nous du mal.

 

 

 

En 2013, un travail de longue haleine se terminait avec la parution de la nouvelle traduction liturgique de la Bible. Les lectionnaires utilisés pour la liturgie de l’Église catholique en intégraient le texte. Elle comprenait une modification de la sixième demande du Notre-Père : ‘Ne nous soumets pas à la tentation’ devenant ‘ne nous laisse pas entrer en tentation’. Lorsque la nouvelle traduction du missel romain entrera en vigueur, cette nouvelle formulation du Notre-Père sera utilisée. Il avait été décidé par les évêques de la francophonie qu’elle serait aussi utilisée pour la prière du Peuple de Dieu : d’où son entrée en vigueur en Belgique dès le jour de la Pentecôte.

 

Il faut dire que ce verset est très complexe à traduire. Les exégètes estiment que derrière l’expression en grec du texte de Mt 6, 13 et Lc 11,4 se trouve une manière sémitique de dire les choses. Aussi, la formule en usage depuis 1966, ‘ne nous soumets pas à la tentation’, sans être excellente, n’est pas fautive d’un point de vue exégétique.

 

Mais il se trouve qu’elle est mal comprise des fidèles à qui il n’est pas demandé de connaître les arrière-fonds sémitiques pour prier en vérité la prière du Seigneur. Beaucoup comprennent que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation, nous éprouver en nous sollicitant au mal. Le sens de la foi leur indique que ce ne peut pas être le sens de cette sixième demande. Ainsi, dans la lettre de Saint Jacques il est dit clairement : Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : ‘Ma tentation vient de Dieu’ ; Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne (Jc 1, 13).  D’où la demande réitérée d’une traduction qui, tout en respectant le sens du texte original, n’induise pas une fausse compréhension chez les fidèles.

 

Cependant le problème n’est pas qu’une question de mots. La difficulté est celle d’exprimer et de comprendre (pour autant qu’on le puisse !), le mystère de Dieu dans sa relation aux hommes et au monde, marquée par la présence et la force du mal. Le récit de la tentation de Jésus est éclairant. Il nous est rapporté par les trois évangiles de Matthieu, Marc et Luc, et toujours selon la même séquence, aussitôt après le baptême de Jésus dans le Jourdain. Jésus vient d’être manifesté comme le Messie et le Fils que Dieu donne à son peuple, celui sur qui repose l’Esprit-Saint. Et c’est poussé, conduit pas l’Esprit qu’il part au désert pour y être tenté par Satan. Le baptême inaugure son ministère, et l’Esprit qui demeure sur lui le conduit d’emblée au lieu du combat contre le mal. Ce combat, il le mène en délivrant les hommes de la maladie, des esprits mauvais et du péché qui les défigurent et les éloignent de Dieu et de son royaume. Cependant, au début de ce ministère, Jésus va livrer combat avec le tentateur lui-même. Combat redoutable, car c’est au cœur même de sa mission de Messie et de Sauveur des hommes, de sa mission de fils envoyé par le Père, que Satan va le tenter.

 

On le voit, il ne s’agit pas ici simplement de l’épreuve à laquelle Dieu peut soumettre ses fidèles. Épreuve différente de celle vécue par le peuple d’Israël lors de traversée du désert. Il est dit qu’au désert, Dieu a éprouvé la foi et la fidélité de son peuple, en lui donnant chaque jour la manne à manger ; épreuve de la foi, car au jour le jour, chacun devait s’en remettre en toute confiance à la parole de son Seigneur, se souvenant qu’il est celui qui l’a fait sortir d’Égypte pour lui donner la liberté et le conduire vers une terre où ruisselle le lait et le miel. La tentation de Jésus et la prière du Seigneur nous renvoient à une autre épreuve, celle du combat à mener contre celui qui veut détourner les hommes du chemin d’obéissance et d’amitié avec Dieu leur Père.

 

La nouvelle traduction, « Ne nous laisse pas entrer en tentation », écarte l’idée que Dieu lui-même pourrait nous soumettre à la tentation. Le verbe « entrer » reprend l’idée ou l’image du terme grec d’un mouvement, comme on va au combat, et c’est bien du combat spirituel dont il s’agit. Mais cette épreuve de la tentation est redoutable pour le fidèle. Si le Seigneur, lorsque l’heure fut venue de l’affrontement décisif avec le prince de ce monde, a lui-même prié au jardin de Gethsémani : « Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi », à plus forte raison le disciple qui n’est pas plus grand que le maître demande pour lui-même et pour ses frères en humanité : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

 

 

 

Jacques Rideau, Ancien secrétaire de la commission épiscopale francophone pour les traductions liturgiques

 

 

 

Samedi 13 mai 2017. Pèlerinage de l’Unité Pastorale vers Banneux.

 

Un premier groupe peut être rejoint à 4 endroits différents.

 

     12h : à l’église de Mehagne (rue Jacques Brel)

 

     13h15 : à l’église de Ninane

 

     15h30 : à l’église des Forges  (en bas de la côte des Forges)

 

     17h : au parking de Banneux (situé le long de la grand’route)

 

Un deuxième groupe partira de l’église de Fraipont à 15h15 pour rejoindre le parking de Banneux à 17h.

 

 

 

Pour tous     17h : Rendez-vous sur le parking de Banneux (le long de la grand-route) et goûter

 

                    18h : Eucharistie

 

Détails pratiques

 

Une « voiture balai » suivra le 1er groupe. Des ravitaillements seront prévus à l’église de Ninane et à l’église des Forges.

 

Pour le retour de Banneux, si vous cherchez une place dans une voiture ou si vous voulez proposer des places dans votre voiture, veuillez téléphoner au presbytère d’Embourg : tél. : 04 365 02 38.

 

Les messes dominicales du samedi 13 mai dans notre Unité Pastorale sont supprimées.

 

On recherche des personnes qui pourraient faire des gaufres ou des cakes pour le goûter. Ils seront à déposer au presbytère d’Embourg le 12 mai ou amenés à Banneux le 13 mai.

 

Si vous pouvez rendre ce service, veuillez en avertir Carmelina VOLPE : GSM : 0475 11 51 63.

 

Un grand merci !

 

 

 

Souper « Boma »

 

Un grand merci pour votre présence.  Le souper a rapporté environ 800 €

 

 

 

Sacrement des malades et goûter

 

« Le sacrement de l'onction des malades est destiné à réconforter ceux qui sont éprouvés par la maladie ou la vieillesse. La célébration de ce sacrement consiste en l'onction d'huile bénite sur le front et en l'imposition des mains. Ces gestes montrent quelque chose de la tendresse du Christ pour ses frères malades, âgés, mourants.» (La Croix, juin 2002).

 

L’Équipe-Relais de Trooz convie celles et ceux d’entre vous qui en ressentent le besoin à recevoir ce sacrement au cours d’une eucharistie qui aura lieu le dimanche 28 mai 2017 à 15h00 à l’École Libre de Fraipont.

 

Nous vous offrirons ensuite de partager ensemble un moment convivial… et un bon petit goûter !

 

Si vous êtes valides, nous vous proposons d’en parler tout autour de vous et de proposer de covoiturer des personnes qui ne conduisent plus. Si vous êtes moins valides, ayez, de grâce, la simplicité de demander qu’on vous emmène à Fraipont. Ce sera fait avec grand plaisir.

 

Pour tous renseignements ou demande de covoiturage, vous pouvez appeler :

 

Georgette HEUSE, au 087/26 89 69 ou Anne-Marie MEULDERS, au 0484/49 49 06

 

Au grand plaisir de vous accueillir à Fraipont,

 

L’Équipe-Relais de Trooz

 


 

Samedi 8 et Dimanche 9 avril 2017

Samedi 15 et dimanche 16 avril 2017

                                       

«Hosanna au Fils de David !»

 

«  Lignes de Vie » 

Ce dimanche 9 avril à Prayon, sera célébré le baptême de Sara BERTON.

 

Nous portons dans la prière nos défunts et leurs familles :

  • Claudine WAERZEGGERS, épouse de Michel TRICOT, décédée à l’âge de 67 ans. Ses funérailles ont été célébrées à Embourg.
  • Jeanne ORMAN, veuve d’Henri LEDUC, décédée à l’âge de 89 ans. Ses funérailles ont été célébrées à Prayon.
  • Anna JAMAR, veuve de Georges STALMANS, décédée à l’âge de 85 ans. Ses funérailles ont été célébrées à Embourg.
  • Maria HOMBLEU, veuve de Joseph COURTOIS, décédée à l’âge de 98 ans. Ses funérailles ont été célébrées à Nessonvaux.
  • René FRANÇOIS, époux de Simone DECHARNEUX, décédé à l’âge de 88 ans. Ses funérailles ont été célébrées à Embourg.
  • Marie-Thérèse GOFFINET, veuve de Raymond LAFONTAINE, décédée à l’âge de 82 ans. Ses funérailles seront célébrées à Embourg, mardi à 09.30.
  • Thierry LEONARD, veuf de Myriam LEGRAND, décédé à l'âge de 63 ans. Ses funérailles seront célébrées à Embourg, mercredi 12 avril à 10.00.

 

Horaire des Eucharisties

 

Samedi 22 avril : 17.00 : La Brouck / 18.00 : Mehagne

Dimanche 23: 09.30 : Chaudfontaine - Embourg – Fraipont  / 10.00 : Ninane / 11.00 : Prayon /  11.15 : Embourg

 

Souper de la Saint-Vincent de Trooz

Souper « solidarité » de la Saint-Vincent de Paul de Trooz

  • Vendredi 21 avril dès 19.00 - Salle "Le Pax" rue de l'Église, 7 à 4870 Prayon (Trooz)
  • Réservation Hélène Graitson-Perrez  087/26 92 18 ou 0497/25 41 79   Roland Hallet  04/368 49 91  ou  0475/82 67 79 (après 18H avant le 15 avril)
  • Prix du repas 4 services (boissons non comprises): adultes 27 €, enfants : 15 €.
  • 25 € si versement anticipé sur le compte BE29 0000 2720 5264 (St VdeP Trooz) avant le 12 avril.
  • Le versement anticipé vaut inscription.

 

Suite au décès de notre ami Joseph Cassart, j’ai rencontré notre Évêque
pour voir comment assurer au mieux la vie de notre UP.

Après en avoir informé l’Équipe Pastorale et l’Équipe des prêtres et avoir eu leur assentiment,
voilà ce qu’il advient :

Pendant les mois de juin, juillet, août et septembre, vu les vacances, les camps, les mariages,
une opération et sa convalescence, il y aura un changement dans les horaires.

Embourg à 11.15 sera célébré toutes les semaines, étant donné qu’à elle seule,
cette messe rassemble presque autant de pratiquants que tout le reste de l’UP …

La messe d’Embourg de 09.30 sera célébrée les 2ème et 4ème dimanches du mois.

À Prayon, elle sera célébrée les 1er et 3ème dimanches du mois.

À Mehagne, elle sera célébrée les 1er et 3ème  samedis du mois.

Le reste est inchangé, moyennant les fêtes patronales, les messes en plein air … etc. …

 

 

Un concert pour le projet Inde du Sartay

Vendredi 5 mai, à 20.00, en l’église de Ninane,

Concert par la « Chawresse » de Beaufays et le « Melting Potes » de Mehagne.

Infos et Réservations au 0495/81.54.86 ou 04/338.05.74 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

7 € en prévente, gratuit pour les moins de 12 ans.   8 € enfants – 10 € adultes

 

 

 

Dernières homélies

  • 4ième conférence de carême

    QUATRIÈME CONFÉRENCE DE CARÊME

    « UN HOMME LIBRE »

     

    « Jésus dit : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (…) Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (Jean 5, 19-23.30)

     

    Dans notre existence humaine, nous opposons volontiers la liberté et le fait de suivre un autre. Il semble qu’il y ait une alternative : ou bien je fais ce que je veux, et alors je suis libre, ou bien j’obéis passivement à une personne ou à une réalité extérieure. Si je suis libre, je suis forcément maître de moi-même.  Le monde actuel pousse, on ne peut plus à l’indépendance.  J’entends souvent dire : « moi, je ne dois rien à personne ».  Cela engendre aussi souvent un climat d’isolement et de repli sur soi.  Quand je n’ai pas de foreuse, je dois en demander une à mon voisin – qui est supérieur à moi, puisqu’il en possède une -  mais, paradoxalement, cela me permet de créer des liens de convivialité, d’amitié, de fraternité avec mon voisin qui entraîne une relation d’amitié.

    À force de ne vouloir dépendre de personne pour rien, nous créons un monde où chacun risque – et c’est souvent plus qu’un risque – de devenir immensément seul !  Alors que c’est le contraire, va nous dire la Parole de Dieu

     

    Lire la suite...  
  • 4ième dimanche de carême - A -

    « Sors de la nuit ! »  Voilà donc l’appel qui nous est lancé ce dimanche.  Et cet appel est conjugué avec « Réjouis-toi » en ce dimanche de la Laetare.  Autrement dit : « Réjouis-toi de sortir de la nuit ».  La couleur rose de cette fête nous rappelle que la lumière du matin de Pâques est déjà toute proche ; que la nuit n’est déjà plus totalement la nuit ; que la puissance du Ressuscité commence déjà à agir en nous.

     

    Et tout d’abord, avec le petit David.  Il est le dernier des fils de Jessé, il n’est rien, puisqu’on l’envoie même garder les troupeaux, alors que l’ai autres enfants sont à la maison.  Il est dans la nuit, et peut-être n’en sait-il rien …  Et voilà que le Seigneur lui-même vient à sa rencontre à travers le prophète Samuel.  C’est Samuel qui va le faire sortir de la nuit pour en faire le plus grand Roi d’Israël, grâce à l’Esprit de Dieu qui s’est emparé de lui, dès ce jour-là.

     

    Vous le savez bien, Jésus est « Fils de David ».  David en est donc l’image.  Et, de fait, c’est la même chose.  Jésus aussi, va naître au plein cœur de la nuit, à Bethléem ; il va naître dans la nuit aussi, parce qu’il vient, petit et pauvre, dans une crèche à l’écart, en n’ayant comme compagnons, qu’un âne, un bœuf et quelques bergers.  Il vivra dans la nuit à Nazareth.  Il lui faudra aussi que Dieu son Père le sorte de la nuit : à son baptême, il le met dans la lumière en lui disant : « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi, je mets tout mon amour ».  Et cela ne s’arrête pas là.  Car, Jésus vivra aussi la nuit de la mort le Vendredi-Saint, il connaîtra l’obscurité du tombeau … et là aussi, c’est son Père qui, roulant la pierre, le rendra à la lumière, le ressuscitera.  Le psaume nous l’a dit : « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal ».

     

     

    Lire la suite...